FLORIAN ZELLER - La fascination du pire

Publié le par maxi

Décidément, je ne suis pas à jour des info littéraires, mais de toutes façons c’est pas mon truc, je préfère lire ce qui me tombe sous la main, à condition que ma curiosité soit titillée …

Lorsque je me suis procurée ce livre, j’avais très vaguement entendu parler de Florian Zeller, mais je n’avais pas eu connaissance des nombreuses critiques négatives concernant « la fascination du pire » : textes insipides, creux, simplistes, pâle copie de Houellebecq ... en bref, des critiques peu glorieuses ont fusé, même la coupe de cheveux de Florian n’a pas été épargnée !! 

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cet auteur fait parler de lui. Je pense que si j’avais lu tout cela avant d'acheter le livre, j’aurai pris mes jambes à mon cou ! Donc lorsque j’ai ouvert la première page, je ne savais pas à quoi m’attendre et j’étais prête à accepter tout ce que l’auteur voulait bien me donner. Voici une présentation du roman extraite du magazine LIRE : 

"Florian Zeller se réserve un simple rôle de narrateur et met en scène un écrivain célèbre qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Houellebecq. Martin Millet, donc, tente en vain de faire dégorger son poireau lors d'une tournée dans les bars louches du Caire, mais même les putes les plus ignobles ne veulent pas de lui! Rentré en France, il publiera un livre à scandale, connaîtra des démêlés judiciaires décalqués sur le fameux procès intenté à Houellebecq après son interview dans Lire, puis deviendra un nouveau Salman Rushdie".

 

Personnellement, je n’ai pas trouvé ce livre désagréable, j’ai avalé les chapitres un à un tels qu’ils se présentaient et à la fin du bouquin, inévitablement, j’ai suis allée là où l’auteur voulait m’amener :  j’ai réfléchi sur la liberté d’expression et la façon dont on peut écrire aujourd’hui sur l’Islam.

 

ET VOUS, QUEL EST VOTRE AVIS SUR CE BOUQUIN ?

Publié dans J'ai bien aimé

Commenter cet article

Sarah 10/02/2009 01:58

Je n'ai pas du tout aimé ce livre. Le narrateur n'a aucune ouverture d'esprit. Des faits d'actualité erronées. Une attitude très clichée. Un style immature. On a l'impression qu'il s'agit surtout d'un règlement de compte. Les propos sont parfois très déplacés, pour le grand plaisir de BHL. Mais quelle est cette génération? Nothomb, Houellebecq, Zeller, j'en passe, tous autant pathétiques l'un que l'autre...

seb 25/03/2007 16:43

Moi, je pense que c'est un livre qu'il faut lire. Ne serait-ce que pour avoir une idée de ce qui se fait dans la littérature contemporaine. Il est un des meilleurs écrivains, parmi les jeunes, avec David Foenkinos et Yannick Haennel. Perso, je me sens aussi "fasciné par le pire", tel que le décrit le narrateur. Il me semble que c'est une des névrose de notre époque. En cela, Zeller a vraiment capté quelque chose, le symptôme angoissé de ce début de siècle.

Oswald 08/02/2007 19:45

pas vraiment convaincu par ce livre, je crois que Florian zeller est bien plus a  l aise pour l écriture de pièce de théatre

maxi 12/02/2007 08:02

Oui, il paraît qu'il a écrit plusieurs pièces de théatre, mais je ne pourrai donner mon avis, je n'en ai lu aucune pour l'instant ...

kalistina 05/12/2006 22:39

Je viens de finir de le lire... Je pense que pour me faire une réelle opinion sur Zeller, il faudrait que je lise un second roman avec un contenu différent.

maxi 07/12/2006 20:56

en effet, moi aussi peut être que je devrai essayer son premier roman "neiges artificielles" qui a reçu le prix fondation Hachette.

Lilly 01/12/2006 15:01

Euh... en fait, il m'a rappelé l'existence de ce livre. Et comme par hasard, la Pléïade vient de l'éditer ( je me contente d'une édition beaucoup moins prestigieuse, ne t'imagine pas que j'ai les moyens de mettre 150 euros là-dedans ;D, c'était juste pour souligner la coincidence...). C'est un titre que tout le monde connaît, et que personne ne lit en fait. Plein de contes pour enfants en ont été tirés, je ne connais presque rien sur le monde musulman de cette époque, alors j'ai noté l'idée en lisant Zeller et j'ai acheté le Tome 1.  C'était 3615 my life, désolée... A bientôt